Et la tablette fut !

ipadwifi1.jpg
Si vous commencez à me connaître un peu, cela ne vous surprendra pas d’apprendre que je viens de faire l’acquisition d’un iPad 🙂
Et à la demande générale, je vais tenter de vous livrer ici mes premiers retours.
Je signale que j’ai jeté mon dévolu sur un modèle « milieu de gamme », à savoir le modèle 32 Go WiFi. Je me serais bien laissé tenter par le modèle avec 3G mais la souscription d’un nouvel abonnement data auprès de mon opérateur m’a rebuté.

Première impression
Il est évident qu’en sortant l’appareil de sa boîte et en l’allumant pour la première fois, on ne puisse s’empêcher de penser : « mais c’est un iPod Touch géant ! » Cette impression est vite dissipée lorsque l’on commence à manipuler l’iPad.
Ce qui surprend au premier abord, c’est la finesse de l’appareil et l’écran de toute beauté. Rien à voir avec celui de l’iPhone : il est extrêmement lumineux et offre un grand angle de vision. L’appareil est idéal pour consulter des éléments multimédia (photos et vidéos). Je doute cependant qu’en plein soleil, l’appareil soit correctement utilisable.
En revanche, l’appareil est lourd et il est fatigant de le tenir à bout de bras. Je me suis empressé de lui adjoindre une housse multifonctions qui permet de le maintenir en position verticale lorsque l’on regarde une vidéo :
incase1.jpeg
Ce qui surprend également, c’est que le multitouch prend tout son sens sur l’écran de 9 pouces. Imaginez que l’on peut utiliser ses 10 doigts simultanément !

Principales utilisations
Malgré tout ce que peuvent dire les spécialistes, l’iPad reprend, selon moi, ce qui a fait le succès des netbooks, tout en apportant une autre dimension. Je ne dirais pas, comme Steve Jobs l’a laissé entendre, que l’iPad est une complète révolution. Mais il représente une évolution logique de l’informatique : tout un chacun peut avoir Internet au bout des doigts, sans forcément être un High-Tech Guru !
Personnellement, j’utilise l’iPad pour ce qu’il sait bien faire :

  • Lire la presse
  • Lire des livres électroniques
  • Surfer sur Internet (sans avoir à démarrer son portable et sur un écran nettement plus grand et lisible que celui de l’iPhone)
  • Lire mes mails et accéder aux pièces jointes
  • Prendre des notes
  • Rédiger des documents ou des présentations relativement simples

Pour ces derniers usages, je dois dire que j’ai été particulièrement surpris pas le clavier virtuel complètement fonctionnel. Pas la peine d’investir dans le clavier physique Apple.
Je me dis que l’appareil est tout à fait suffisant pour partir en vacances. En revanche, je pense que j’investirai dans le fameux kit photo qui permet de décharger la carte SD de son appareil numérique.

Les applications indispensables
Tout comme l’iPhone, ce qui fait le succès de l’iPad, ce sont les applications et les contenus. Voici donc ma sélection :

  • Informations / Presse / Veille :
    • NewsRack (payante) : lecteur RSS sublime, synchronisable avec Google Reader
    • New York Times Editor’s Choice (gratuite) : pas la version complète du NY Times (qui est payante) mais une sélection d’articles
    • USA Today (gratuite) : véritable journal multimedia, l’avenir de la Presse selon moi
    • BFM TV HD (gratuite) : accès aux journaux vidéos de la chaîne
    • France 24 (gratuite) : idéal pour se tenir au courant de ce qui se passe en France lorsque l’on voyage
    • IMDB (gratuite) : complément idéal du site d’information sur le cinéma
    • Zinio (gratuite) : kiosque virtuel qui vous permet d’acheter les versions numériques de vos journaux favoris (beaucoup de journaux français disponibles). Indispensable !
    • GoodReader (payante) : sublime lecteur de PDF (et d’autres formats) qui propose nettement plus d’options que le viewer natif (extraction automatique de texte, filtre anti-fatigue etc…). Notez également que le logiciel vous permet de vous connecter à votre compte Box.Net, Google Docs ou même IMAP (pour mettre vos pièces jointes de côté).
  • Livres :
    • iBooks (gratuite) : l’application fournie par Apple. Pour le moment, je n’ai téléchargé que des livres gratuits (libres de droit) mais en faisant un tout sur l’iBookStore, on découvre d’ores et déjà une belle offre de livres (un peu trop chers à mon goût)
    • Kindle (gratuite) : l’alternative d’Amazon. Pas encore vraiment testé car on ne peut acheter que des livres US, du moins pour le moment
    • Stanza (gratuite) : un autre lecteur qui permet de se connecter à différentes source de livres
  • Productivité :
    • Toodledo (payante) : gestion des tâches personnelles
    • Evernote (gratuite) : gestion de notes (cette version est graphiquement sublime)
    • Pages (payante) : le traitement de texte d’Apple, extrêmement bien conçu, qui permet d’exporter vos productions au format .doc
    • Keynote (payante) : le « PowerPoint killer », déroutant pour ceux qui ne connaissent pas la version Mac, mais d’une richesse impressionnante (les transitions entre slides sont sublimes)
    • Sugarsync (gratuites) : si vous utilisez le système de stockage en ligne du même nom, ce logiciel est indispensable pour naviguer dans vos sauvegardes
    • WordPress (gratuite) : gestionnaire de blog, un peu limité à mon goût
  • Loisir :
    • Virtuoso (gratuite) : un « vrai » piano avec un son plus qu’honorable et une prise en main assez simple
    • Shazam (gratuite) : on ne présente plus ce logiciel incontournable de reconnaissance de musique
    • Spotify (gratuite) : même si l’application n’est pas encore adaptée à l’écran de l’iPad, elle permet aux possesseurs d’un compte Premium d’accéder à leurs playlists et surtout de les stocker pour une écoute en mode déconnecté
    • Tap Tap Radiation (gratuite) : un jeu musical de toute beauté qui surfe sur le succès de Guitar Hero

J’ai encore beaucoup d’autres applications mais je ne peux parler de tout. Chacun se fera sa propre sélection en fonction de ses centres d’intérêt.Les points faibles
A ce jour, seuls quelques points s’avèrent regrettables :

  • l’absence d’une webcam (dommage, pas de Visio, même si Skype fonctionne très bien en audio)
  • l’absence de ports USB pour pouvoir y coller un disque dur externe par exemple (peut-être que le fameux kit photo corrige le problème mais je pense qu’on ne peut transférer que des photos)
  • les applications initialement conçues pour l’iPhone qui s’exécutent sur l’iPad mais dans une toute petite fenêtre. Vous pouvez zoomer sur cette fenêtre mais au prix d’une distorsion de l’image relativement moche. Mauvais point là ! Certes les éditeurs adaptent progressivement leurs applications mais certains en profitent pour rendre payantes celles qui étaient gratuites sur l’iPhone.
  • la frilosité de la Presse française à proposer des contenus gratuits : par exemple l’application Le Monde est payante alors que Safari permet de naviguer sans problème sur le site Web du journal. L’approche du NY Times est la bonne à mon avis : proposer gratuitement une sélection d’articles et laisser payant l’accès au journal complet. Mais on voit bien que le modèle économique de la presse numérique n’est pas encore bien défini. Cela va changer avec le temps …

En conclusion, je dirais que je suis vraiment satisfait de mon achat. Il est évident qu’il n’est pas parfait et qu’un second modèle corrigera certains problèmes. De plus, celui-ci arrivera certainement dans un marché plus mûr. Mais je recommande l’iPad pour ceux qui cherchent un terminal d’appoint, à « jeter » négligemment sur la table du salon 🙂

Publicités

iPadawan

hardware-01-20100127.jpg
Sous ce jeu de mots un peu douteux, je tenais simplement à donner mon avis sur le nouveau joujou de Steve Jobs. Vu que tout le monde ne s’est pas privé (blogs, journaux papier, journaux TV etc …), je ne vois pas pourquoi je ne le ferai pas 😉
Alors, s’agit-il d’un véritable ordinateur ou simplement d’une machine qui tente de s’en approcher (tel l’apprenti s’approche du maître … vous voyez le lien avec le titre maintenant ? non ? eh ben tant pis 🙂 )

Alors, comme d’habitude, je ne prétendrai pas faire un tour exhaustif de la machine. D’autres s’en sont très bien chargés et y sont allés de leur analyse particulièrement fouillée. Parmi la masse, je citerais ce billet de Blogeee, de Fred Cavazza ou bien celui de Presse-Citron.
Personnellement, je vois cette machine comme un hybride. C’est :

  • la machine idéale pour surfer sur le Web chez soi sans avoir à sortir son PC ou son iPhone à l’écran trop étroit
  • la machine idéale pour consulter ses documents (avec une application telle que SugarSync, il sera tellement pratique de relire une présentation PowerPoint)
  • la machine idéale pour lire des journaux et des livres

Sur ce dernier point, je sais que les spécialistes vous diront qu’il n’est pas confortable de lire un livre électronique sur un écran lumineux et vous orienteront vers des Readers spécialisés tels le Sony Reader ou le sublime Kindle d’Amazon. Certes je comprends leurs arguments … mais ces machines n’ont pas le « petit plus » qui fait vibrer le geek qui sommeille en moi : les couleurs, l’écran tactile capacitif, les animations de pages qui se tournent, la bibliothèque virtuelle. Bref, tout est là pour me plaire.
Et je dois vous avouer que j’ai déjà lu plusieurs livres électroniques sur mon iPhone sans aucune difficulté (grâce à l’excellente application Stanza de Lexycle).
Alors si Apple me propose en plus un BookStore reprenant le modèle de son AppStore pour acheter en toute simplicité des livres, je ne peux qu’être satisfait.
D’ailleurs, pourvu que l’application iBook prévue sur l’iPad soit également disponible sur l’iPhone : cela permettrait de continuer sur l’iPhone dans les transports la lecture du livre commencé à la maison sur l’iPad.

Bon, effectivement, ce n’est pas vraiment une machine pour le monde du travail … mais ne serait-ce pas, comme le suggère JCFrog, le premier véritable ordinateur domestique, à la portée de toute la famille, des petits et des grands ?

Et puis, le prix d’appel de la machine est relativement abordable (499$), ce qui n’est d’ailleurs pas vraiment dans l’habitude d’Apple. Alors, je ne sais pas encore si je pourrai franchir le pas … mais si c’est le cas, ce sera plus par plaisir que par nécessité. Il n’y a pas de mal à se faire du bien 🙂

Un switcher, moi ? Non, un slider plutôt !


Ceux qui suivent mon actualité sur Twitter le savent déjà : j’ai fait très récemment l’acquisition d’un MacBook Pro 15 ». Eh oui, après presque 20 ans d’utilisation de PC pour mon usage personnel, j’ai décidé de passer du côté obscur de la force 😉
Pourquoi ? Simplement pour découvrir autre chose …
Assez de devoir attendre 30 minutes après l’allumage d’un PC pour pouvoir s’en servir (après le démarrage, les mises à jour du système, la mise à jour de l’antivirus, de l’antispyware, le scan complet de la machine par les antivirus et antispyware sus-mentionnés etc.).
Assez de voir ma machine s’emballer lorsque je demande à enregistrer un fichier.
Assez de passer mon temps à chercher mon chargeur à cause d’une autonomie trop faible.
Donc, comme beaucoup d’utilisateurs déçus, je suis passé à la concurrence pour voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Certes, j’avais déjà tâté le terrain 🙂
Je ne serai pas très long sur le sujet car de très nombreux sites vanteront bien mieux que moi les mérites du monde Mac. Je ne citerai que deux choses :

  • Oui le design du portable est tout simplement superbe : écran magnifique, coque unibody impeccable, clavier très agréable à utiliser, trackpad multitouch sublime
  • Oui Mac OS X est extrêmement bien pensé (le gestionnaire WiFi, le moteur de recherche Spotlight, le mode Exposé, le Dashboard, l’installation / suppression d’applications, le Dock etc.)

Donc je suis un utilisateur satisfait pour le moment !
Cependant, je dois rétablir la vérité : si je suis passé sur Mac, c’est en grande partie grâce à … Google ! Eh oui, le dernier frein qui m’obligeait à rester sur PC était Outlook, un des meilleurs logiciels de Microsoft selon moi. J’avais regardé les solutions qui existaient pour passer à Mac mais rien n’était vraiment très satisfaisant (même pas de compatibilité avec son équivalent sur PC, à savoir Entourage). Mais depuis que je synchronise mon Outlook pro avec Google (grâce à OggSync Desktop), toutes mes données sont sur le Web donc libérées de tout carcan. Google n’est d’ailleurs pas le seul à remercier car j’utilise également intensément Toodledo pour mes tâches et Evernote pour mes notes.
Enfin, en passant du côté Apple, j’ai été assez surpris de la réaction des gens autour de moi : « Ah ça y est, tu as enfin abandonné Windows ! », « Ah, j’étais certain que tu switcherais ! ».
Alors, je vais peut-être me faire des ennemis mais moi, j’aime bien Windows finalement (malgré tous les désagréments que j’ai cités plus haut). J’ai d’ailleurs testé Windows 7 pendant un bon moment et c’est un excellent système. Je n’ai qu’une hâte : l’installer sur mon Mac grâce à une solution de virtualisation telle que VMWare Fusion. En fait, je ne considère pas avoir fait un bond mais simplement être progressivement passé vers un système qui me correspond mieux à un moment donné. Et je ne crierai pas haut et fort « Vive Mac » car je ne comprends pas qu’on soit militant pour un système d’exploitation. Non mais 😉


Mobile switcher !

On ne peut pas dire que je n’avais pas prévenu ! Eh bien après de nombreuses péripéties avec mon opérateur, me voici enfin en possession d’un iPhone 3GS 32 Go noir flambant neuf …

iphone

A bientôt donc Windows Mobile (vous remarquerez que je n’ai pas dit adieu, on ne sait jamais :-)) et bonjour Mac OS X mobile !

Je ne vais pas redire ici ce que vous pouvez lire sur les très nombreux blogs qui traitent de l’actualité mobile : l’appareil est beau, bigrement rapide et réactif et n’est certes qu’une simple mise à jour du très bon iPhone 3G.

Je préfère plutôt vous dire comment j’ai progressivement tiré parti de la bête (ça fait une semaine tout juste que j’en suis propriétaire).

Ceux qui me connaissent le savent bien : pour moi, un terminal mobile est avant tout un outil de productivité, de veille et de lien avec ma (ou mes) communauté(s). Il me suffit simplement de décrire l’ensemble des applications que j’ai installées et l’usage que j’en fais. Avant toute chose, je précise que j’ai décidé de ne pas jailbreaker mon iPhone : c’est un modèle standard fourni par Orange.

Applications standard

J’ai configuré le calendrier et les contacts avec Google Mobile Sync, soit Google Calendar et Gmail Contacts. Cela fonctionne très bien et même avec plusieurs calendriers Google. Toutes mes infos sont donc en ligne. Attention toutefois au formatage des adresses : les contacts de Gmail ne sont pas aussi bien structurés que ceux de l’iPhone, d’où quelques erreurs au niveau des adresses (j’ai dû mettre à jour l’adresse de tous mes contacts à la main sur l’iPhone !).

Quant aux mails, j’ai configuré sans aucune difficulté mon adresse perso Gmail et mon adresse pro en IMAP.

Productivité

  • Toodledo (payant) : récupère mes tâches depuis le service en ligne éponyme (qui se synchronise très bien avec Outlook). Le service marche en Push.
  • Evernote (gratuit) : système très efficace de gestion des notes qui se synchronise avec le service en ligne www.evernote.com .
  • iCompta (payant) : logiciel de gestion financière hyper complet qui remplacera très efficacement votre bon vieux Money.
  • Read It Later (gratuit) : logiciel qui récupère les pages Web que vous avez marquées sur le service en ligne correspondant. Très utile pour lire à tête reposée des articles en ligne.
  • Yummy (gratuit mais existe en version complète payante) : client Delicious qui vous permet donc de retrouver tous vos favoris (merci Morgan !).
  • MindMeister (payant) : outil de création de mindmaps.
  • ConvertBot (payant) : logiciel de conversion qui inclut même le cours des monnaies (toujours à jour !).
  • Air Sharing (payant) : partage de fichiers avec votre PC via WiFI.
  • Box.net (gratuit) : client iPhone du célèbre service de stockage en ligne.
  • GraphCalc (gratuit) : superbe calculette graphique (pour les nostalgique des classes prépa …).
  • WordPress (gratuit) : devinez !
  • Google (gratuit) : application de recherche (y compris vocale) et d’accès direct aux services en ligne de Google
  • PagesJaunes (gratuit) : devinez encore !
  • Wikipedia (gratuit) : j’ai besoin d’expliquer ? 😉

Communication et réseaux sociaux

  • Facebook (gratuit) : excellent complément du réseau social.
  • LinkedIn (gratuit) : idem.
  • TweetDeck (gratuit) : client Twitter très complet.
  • BeejiveIM (payant) : logiciel de messagerie instantanée multi-protocole qui parvient même à se connecter à mon service d’entreprise. Il existe beaucoup de clients gratuits mais celui-ci dispose d’une interface très complète et supporte également de manière optimale le système Push (qui vous permet de rester connecté même lorsque vous avez fermé l’application).
  • Skype (gratuit) : belle réussite que ce client Skype qui supporte les communications vocales (en WiFi uniquement).
  • Yammer (gratuit) : client officiel du microblogging d’entreprise.

Media / Presse

  • Le Monde (gratuit) : très bonne version du journal en ligne.
  • 20 minutes (gratuit)
  • Byline (payant) : client Google Reader pour lire tous vos flux RSS; il supporte le mode déconnecté (idéal pour le métro) et se synchronise très bien avec le service en ligne de Google (un message lu sur Byline apparaît lu sur Google Reader).
  • Télé7 (gratuit) : programmes télé.
  • Stanza (gratuit) : magnifique lecteur de ebooks, donnant accès à des bibliothèques en ligne et permettant de télécharger des œuvres libres de droit.
  • WhatToCook (payant) : livre de recettes de cuisine.

Multimedia

  • Remote (gratuit) : télécommande Wifi pour votre iTunes.
  • LiveRadio (gratuit) : toutes les radios FM du monde en streaming.
  • Last.fm (gratuit) : parfait complément du service en ligne.
  • Deezer (gratuit) : idem; mais ne pas compter écouter des morceaux à la demande : Deezer mobile génère des radios aléatoires à partir des noms d’artistes.
  • Spotify (gratuit) : il vous faut néanmoins un compte Spotify premium (9,99 € / mois) pour profiter de ce logiciel qui vous donne accès à l’ensemble du catalogue en ligne et permet même de stocker en local les chansons.
  • TV d’Orange (gratuit) : logiciel TV de l’opérateur.
  • Shazam (gratuit) : permet de “deviner” le nom de n’importe quelle chanson diffusée à la radio ou la télé.

Cartographie / GPS

  • Navigon Europe (payant) : logiciel de navigation avec guidage vocal; cette version iPhone est tout simplement magnifique mais c’est certainement le logiciel qui m’a donné le plus de fil à retordre. En effet, il avait un mal fou à capter un signal satellite continu. En suivant les conseils de www.navigon.com/iphone, j’ai apparemment résolu le problème en faisant un hard-reset de l’iPhone suivi d’une restauration complète … A présent ça semble marcher 😉
  • AroundMe (gratuit) : service d’information géolocalisée (restaurants, bars, commerces, stations services etc.).
  • Dis-moi où (gratuit) : concurrent français de AroundMe.
  • Qype Radar (gratuit) : encore un service du même type mais qui vous donne surtout accès à la base des avis de Qype (très riche).
  • Google Earth (gratuit) : tout bonnement prodigieux !
  • MetrO (gratuit) : portage de la très célèbre application issue du monde Palm; toujours aussi complète et à jour. Indispensable pour les voyageurs du monde entier.
  • RATP Lite (gratuit) : cartes de métro.
  • My Airport (gratuit) : horaires et informations temps réel des vols au départ où à l’arrivée des aéroports de Paris.

Jeux

  • HoldEm (payant) : jeu de poker réalisé par Apple !
  • Tap Tap Revenge (gratuit) : sorte de Guitar Hero tactile.
  • Tetris (gratuit) : mais de quoi s’agit-il ? 😉
  • WaterSlides (gratuit) : jeu de simulation 3D d’Aqualand.

Vous noterez que j’ai pas mal d’applications payantes : néanmoins ma seule grosse dépense est Navigon Europe (99 €). Le reste a dû me coûter au total 40 € (certaines applications payantes sont parfois en promo voire gratuites).

A présent, je me retrouve donc avec un véritable bureau mobile connecté en permanence. Heureusement d’ailleurs que la connexion avec un PC n’est nécessaire que pour charger de la musique (ah oui, l’iPhone est aussi un iPod :-)) car iTunes n’est pas ce qui se fait de mieux pour la synchro. Pour le reste, passez par le cloud !

Pourquoi je vais (certainement) passer à l’iPhone …

Ceux qui me connaissent le savent bien : côté PDA / Smartphones, j’ai choisi mon camp il y a presque 10 ans. En effet, en 2000, Compaq sortait le fabuleux Pocket PC iPAQ qui jetait un véritable pavé dans la mare en donnant un vrai coup de jeune au système Windows CE et en amorçant le déclin du tout puissant Palm.

ipaq3600

Véritable petit frère du PC, cet appareil était doté d’une puissance jamais vue à l’époque dans un si petit volume. De plus, pour l’utilisateur averti d’Outlook que je devenais, la complémentarité était parfaite.

Ainsi, en fan que j’étais devenu, j’ai suivi les évolutions de l’OS mobile et plusieurs modèles se sont succédé dans ma poche :

  • Toshiba e400

e400

  • Orange SPV (premier “téléphone” Microsoft)

 orange-spv

  • SPV M2000 (retour au Pocket PC)

m2000

  • SPV M700 (3G+, GPS intégré)

m600

samsung_sgh-780jpg 

Microsoft a véritablement dominé le marché des PDA en ce début de 21ème siècle. Mais, avouons-le, son système a finalement assez peu évolué depuis le premier Pocket PC. Certes, la logithèque Windows Mobile est devenue impressionnante et les terminaux conservent toujours leur usage professionnel. Cependant, ils ont du mal à s’imposer auprès du grand public. Rendons tout de même hommage à  HTC qui a fait pas mal de développements pour faire oublier les écrans vieillissants de l’OS mais la mayonnaise a du mal à prendre …

C’est alors qu’en 2007, Apple qui s’était retiré du marché des assistants personnels depuis son très innovant Newton, sort de son chapeau cet OVNI qu’est l’iPhone. En rupture totale avec le marché, l’appareil “tout tactile” propose un design épuré, un OS très abouti dérivé de Mac OS X et surtout un vrai navigateur Web.

apple_iphone_fiche-300

C’est un immense succès mondial et des millions de fans se ruent sur l’appareil, tant pour un usage personnel que professionnel. Tout le monde … sauf moi 🙂 Pourtant, en grand fan de nouvelles technologies, j’aurais pu être séduit mais, et j’ai eu l’occasion de m’expliquer, l’appareil n’est alors pas assez “pro” à mon goût. En achetant un iPod Touch, j’ai pu tester les capacités de synchronisation de l’appareil et elles s’avèrent bien en deçà de ce que m’offre Windows Mobile.

Mais c’est là que j’ai commis une erreur de jugement. L’iPhone n’est pas fait pour être un “compagnon” de PC, c’est un terminal qui tire toute sa puissance d’Internet. J’ai compris récemment que si je mettais à disposition toutes mes données de PIM sur le Web, l’iPhone me permettrait de les récupérer sans problème.

Prenons ces données une à une :

  • Calendrier et contacts : depuis quelques temps, Google a annoncé la possibilité de synchroniser ses calendriers Google Calendar et ses contacts Gmail avec l’iPhone via le mode Exchange, le tout en Push. Il n’y a donc plus qu’à synchroniser Outlook avec les services de Google. Pour cela, plusieurs solutions sont possibles mais j’utilise personnellement OggSync qui a la très bonne idée de transformer les catégories Outlook en autant de calendriers Google. Idéal pour séparer calendriers perso et pro (prenez la version béta de OggSync qui synchronise également les contacts). Sur l’iPhone, il est ensuite possible de distinguer par des couleurs différentes ces calendriers (pour cela, pointez votre Safari sur m.google.com/sync, passez éventuellement en langue anglaise et choisissez les calendriers Google que vous voulez rapatrier).
  • Tâches : l’iPhone n’ayant pas de gestion de tâches par défaut, il faut se tourner vers une solution tierce telle que Toodledo. Plusieurs applications comme l’excellent Todo d’Appigo savent très bien récupérer vos tâches en ligne. Pour synchroniser vos tâches Outlook avec Toodledo, jetez un coup d’oeil à ce soft.
  • Notes : pour cela, je vous ai déjà vanté dans une très large mesure le fantastique service Evernote. L’application iPhone correspondante ne cesse d’évoluer et permet même de créer des notes visuelles ou vocales 🙂

Bref, vous l’aurez compris, une fois que tout est sur le Web, c’est un jeu d’enfants d’utiliser l’iPhone comme outil de productivité personnelle.

Vous me direz qu’entre temps, Google a lancé son Android et que Palm est sorti du Pré. Oui mais l’iPhone a ce petit plus qui fait presque oublier qu’il lui a fallu 2 ans pour supporter les MMS et le Copier / Coller.

La dernière chose qui me bloquait, c’est qu’un assistant personnel doit pouvoir me guider en voiture, étant donné mon sens inné (hummm) de l’orientation … Et côté GPS, la stratégie d’Apple n’était pas très claire. Mais quand on voit ça, on se dit que plus rien ne nous retient … sauf peut-être le prix. Hein, M. Orange ? 🙂

3GS

Palm is back !

Je n’ai jamais fait partie des Palm addicts. Moi, c’était plutôt Psion (ah le Revo!) et puis Windows Mobile depuis 2000 … Mais ça ne m’a jamais empêché de m’intéresser à leurs cousins les Palm. Ils n’ont jamais répondu à mes besoins de bidouilleur invétéré mais j’ai toujours eu un peu de tendresse pour celui qui a véritablement démocratisé le PDA.

Revenons à nos moutons; depuis quelques années, le succès de Windows Mobile, l’hégémonie des Blackberry dans la messagerie mobile et surtout la révolution de l’iPhone, ont peu à peu éclipsé le bon vieux Palm. On donnait même la société pour moribonde.

Eh bien, les ingénieurs de Palm ont fait très fort au CES de Las Vegas cette année. Plus personne ne les attendait et voilà qu’ils nous sortent un appareil de derrière les fagots. Et pas n’importe quel appareil : un condensé de ce qui se fait de mieux en ce moment avec, en prime, un nouvel OS : j’ai nommé le Palm Pré, avec son système Palm WebOS !

 bits_palm_prepalm_pre 

Alors un rapide tour de la bête :

  • Ecran capacitif multi-touch (même fluidité que l’iPhone)
  • Clavier QWERTY / AZERTY coulissant
  • Appareil photo 3 MPx avec LED
  • Accéléromètre
  • Grand écran de 3,1′ pouces avec une résolution de 320×480
  • Wifi B/G
  • 3G
  • Bluetooth 2.1 (avec stéréo)
  • Stockage intégré de 8 Go
  • GPS
  • Prise Jack 3,5mm
  • Batterie amovible
  • Chargement sans fil (oui, par induction !!)

Bon, ça fait déjà pas mal, non ? Il manque juste une petite caméra en frontal pour la visio mais on ne peut pas tout avoir.

CardViewPebbles

Mais la vraie innovation de Palm réside dans ce fameux WebOS. Je n’entrerai pas dans les détails et vous invite plutôt à visionner le fabuleux keynote de Palm disponible en ligne. Je retiendrai simplement deux choses :

  • la notion de “cards” qui permet de reproduire une environnement multi-fenêtré intutif sur un terminal mobile
  • la technologie Synergy qui permet de constituer un système de PIM (Personal Information Management) consolidé via le Web (par exemple des contacts agrégés entre Outlook, Gmail et Facebook) !

Bref, que du bon dans ce Pré ! Pour le moment, un accord a été conclu avec l’opérateur Sprint pour sa distribution aux Etats-Unis (normalement au premier semestre 2009). Rien n’est annoncé pour le moment en Europe mais ça ne devrait pas tarder.

Palm renaît enfin de ces cendres et la concurrence va être rude … pour le plus grand bonheur des consommateurs que nous sommes 🙂

Je t’aime … moi non plus

iPhone3G

C’est ainsi qu’un collègue a résumé mon rapport avec cet objet fascinant qu’est l’iPhone, à la simple lecture de mes billets.

Et depuis peu, j’ai pu l’avoir en mains. En effet, ma femme vient d’acquérir l’iPhone 3G 16 Go (en noir). J’ai donc décortiqué les fonctionnalités de cet OVNI :

Les + Les –
  • Indiscutablement, il est beau: les designers ont vraiment conçu un bel appareil.
  • L’interface graphique est épurée, sobre, intuitive.
  • Le navigateur Web est ce qui se fait de mieux sur un terminal mobile actuellement : on peut vraiment accéder au "vrai" Web (pourtant, le nombre de sites optimisés pour l’iPhone ne cesse de croître).
  • La configuration WiFi est enfantine.
  • L’accès 3G / 3G+ est vraiment rapide.
  • Le client de messagerie est un modèle du genre (il supporte POP3, IMAP, Exchange).
  • Le mode Push avec un serveur Exchange est très simple à configurer et il fonctionne à merveille.
  • L’AppStore qui permet de télécharger des applications est une excellente idée : pas besoin d’écumer des centaines de sites pour trouver des applications
  • Le GPS est vraiment très rapide (test uniquement possible avec Google Maps).
  • L’affichage des SMS sous forme de "bande dessinée" est bien conçu (mais le Treo sous Windows Mobile proposait déjà ce mode).
  • C’est un superbe lecteur audio / vidéo (oui c’est également un iPod ;-)).
  • Et pour les développeurs, la disponibilité d’un SDK offre pas mal de perspectives.
  • Alors que cela fonctionne très bien avec les contacts et le calendrier, il est impossible de synchroniser ses tâches et ses notes Outlook (un comble pour un appareil qui se dit tourné vers l’entreprise).
  • iTunes est indispensable pour synchroniser l’appareil avec un PC ou un MAC : on peut difficilement faire plus lourd.
  • Il est impossible de synchroniser ses podcasts en sans-fil (3G ou WiFi).
  • Il n’y a pas de solution simple de backup de l’appareil
  • L’autonomie est particulièrement faible
  • Bien qu compatible 3G, l’iPhone ne propose pas de caméra en frontal pour faire de la visio (dommage, ça aurait pu être le vrai décollage du service).
  • Il n’y a pas d’explorateur de fichiers : l’iPhone est une vraie boîte noire.
  • Pour le moment, il n’y a pas de solution de guidage routier (même si Tomtom annonce depuis un moment le portage de Navigator).
  • Pas de MMS (oui bon, quand on a un client de messagerie, l’intérêt est limité, sauf que nos interlocuteurs ne relèvent pas tous leurs mails sur leur téléphone).
  • Pas de possibilité (native) d’enregister des vidéos.
  • Il n’a pas de tuner FM (quoique depuis une semaine, Orange propose un logiciel qui permet d’écouter toutes les radios en streaming).

Allez, on pourrait continuer à égrener les points forts et les points faibles de l’iPhone indéfiniment. Ce qui est certain, c’est que l’appareil ne laisse pas indifférent 😉